1993 : Clémentine Faïk-Nzuji. La Puissance du sacré. L’homme, la nature et l’art en Afrique noire, éd. De Bœck, La Renaissance du Livre/Maisonneuve & Larose, Louvain-la-Neuve/Paris, (coll. "Voyages Intérieurs"), 179 pages, deux éditions épuisées. Mots-clés : Arts. Symboles. Célébrations rituelles.

Traduction allemande :

1993 : Die Macht des Sakralen — Mensch, Natur und Kunst in Africa, Walter-Verlag Solothurn und Düsseldorf, 179 pages, deux éditions épuisées.

 

Extrait : À la recherche de médiateurs

« À peine notre condition se met-elle à nous peser que notre esprit s'élance à la recherche du temps mythique et génésiaque de notre origine première. Tout le problème est là: il a bien fallu que l'Être humain vienne de quelque part et, qu'il le veuille ou non, poursuive seul un voyage décidé en son absence. Comment parcourir ce chemin qui, par moments, semble si long et plein d'embûches? L'homme se replie-t-il sur lui-même que surgissent avec force l'angoisse et le désarroi, la conscience de sa petitesse et de son incapacité à accomplir seul ce voyage. 

 

Il porte alors son regard dans deux directions : d'abord vers le Sacré, cette puissance supérieure sous la protection de laquelle il veut se placer; ensuite vers ses semblables, avec lesquels il partage la même expérience existentielle. Voyant que le Sacré lui reste inaccessible, il tisse avec ses compagnons de solitude des liens fermes d'entente et de fraternelle connivence afin qu'ensemble, ils cherchent des intermédiaires qui rendent possible un contact restauré avec cette puissance mystérieuse du Sacré ». Page 22.

© 2018 by Kutembeya

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now